Les mamans sont à l’honneur ce week-end.

Pourquoi ne pas profiter de l’occasion de dire à la vôtre ce que vous n’avez jamais osé exprimer, la remercier pour tout ce qu’elle a fait pour vous, ou au contraire régler vos comptes avec elle ?

Dans cette 16e proposition, nous vous proposons rédiger sous forme de lettre, de poème ou de nouvelle, tous les sentiments qui vous lient à votre mère. 

Soyez vrais et… laissez s’exprimer l’enfant qui est en vous.

Maman,

  

     Il y a tant de choses que j'aimerais te dire, mais il est difficile de savoir par où commencer. Peut-être tout simplement par te dire Merci. Pour tout ce que tu as fait pour moi, et que tu continues encore à faire, chaque jour, car je sais que rien n'est plus précieux pour toi, dans la vie, que moi.

     Malgré toute ma bonne volonté, j'ai conscience que je ne pourrai jamais te rendre tout ce que tu m'as donné, mais je m'y efforce néanmoins, pas tant par devoir ou reconnaissance, que pour tout l'amour que j'ai pour toi. Ta force et tes ondes positives me nourrissent autant que ton amour, et me permettent d'avancer dans les moments difficiles et de rester forte à mon tour.

     Comme la vie n'est facile pour personne, il en est de même pour toi. Tu n'as pas eu les parents que tu méritais, alors je fais tout ce que je peux pour que tu aies la fille que tu mérites. Je vois les années défiler et la fatigue s'instaurer en toi. Pourtant, je suis toujours admirative de ta force, de ton optimisme et, surtout, de ta gentillesse et de ta générosité envers tant de gens, qui ne le méritent pas toujours. Alors moi, en contrepartie, je te fais rire, et nous rions souvent.

     Evidemment, tu n'es pas parfaite, comme nous tous, du reste. Tu mets très souvent ma patience à rude épreuve, mais pourtant, si quiconque venait à te faire du mal d'une manière ou d'une autre, je me transformerais alors en vraie furie. A mes yeux, rien n'est plus sacré que toi, et je te protègerai de toutes mes forces.

     Il parait qu'il n'y pas d'amour plus fort que celui d'une mère pour ses enfants, qu'elle serait prête à soulever des montagnes et même à tuer pour eux. Mais bien des enfants seraient prêts à tout pour leurs parents. Il arrive un âge ou les rôles semblent inversés, où les enfants prennent soins de leurs parents et les protègent contre le monde extérieur. Il m'arrive de me sentir investie de ce rôle, car je ne supporterais pas qu'il t'arrive quelque chose.

     Dans la vie, j'ai très peu de certitudes, et j'ignore de quoi demain sera fait, ce qui a tendance à m'effrayer. Mais ce dont je suis certaine, c'est que nous serons toujours là l'une pour l'autre, quoi qu'il arrive, et que beaucoup de rires nous attendent encore.

Bonne fête des mères,

Je t'aime.

Anne C.

 C’est un poussin qui s’égosille

Un oiselet qui vient de naître

Ouvrant grand ses yeux dans sa coquille

Maman poule le couve de tout son être

 

C’est un poussin qui ne sait pas marcher

Un apprenti qui se lance

S’inquiétant de savoir s’il ne va pas tomber

Maman poule assure la surveillance

 

1, 2,3, c’est un poussin que l’on voit

4, 5,6 qui s’élance et qui glisse

7, 8,9 qui est bien loin de son œuf

 

C’est un poussin qui devient grand

Quel beau duvet ! Quel beau plumage !

Rêvant de s’envoler loin de ses parents

Maman poule assiste de loin au décollage

 

C’est une poulette qui a quitté le bassin

Un bel oiseau muni de magnifiques ailes brillantes

Cherchant du regard sa mère le long du chemin

Maman poule est absente

 

1,2,3, c’est une poulette que l’on voit

4,5,6 qui hésite et qui glisse

7,8,9 qui est trop loin de son œuf

 

C’est une poulette qui cherche à construire

Amoureuse de son coq avec qui elle parcourt le pays

 

Voyageant sans cesse pour toujours découvrir

Maman poule sait que la poulette à tout compris

 

C’est une poulette qui rentre au bercail

Qui veut être proche des siens, là où la vie est plus douce

Pour le paradis, c’est là qu’il fallait qu’elle aille !

Maman poule et sa poulette vont pouvoir parcourir la cambrousse

 

1,2,3, c’est une poulette que l’on voit

4,5,6 qui court et qui glisse

7,8,9 remplie d’un bonheur tout neuf

Angélique G.